Minimalisme : comment préparer son sac à dos ?

Le but de voyager ultra léger est de minimiser au maximum le poids des bagages. Je pars un an autour du monde et vais traverser des régions aux climats variés. Je vais donc segmenter mon voyagent et vais faire mon sac pour les 6 premiers mois de mon voyage (Asie du Sud Est et Australie)et n’emporter que des affaires adaptées à ce type de climat.

Le choix du sac à dos

Le choix du sac à dos est crucial. Pour ma part, je n’ai réussi à me projeter dans l’achat du reste de mon matériel qu’une fois que j’ai trouvé la perle rare.

J’avais 2 critères. Tout d’abord, je voulais qu’il s’ouvre comme une valise (en « u »). Puis après quelques heures de réflexions et de recherche, je me suis dis que je n’étais pas un grand fan de l’attente dans les aéroports. J’ai donc également voulu qu’il passe en bagage cabine.

A ces critères se sont ajoutés les critères plus basiques : Poids, maintien, robustesse…

Une fois cette liste établie, les choix s’amenuisent. J’ai longtemps hésité entre le Escape 50L de décathlon et le Farpoint 40 d’Osprey. Les commentaires sont unanimes pour les deux sacs et en cherchant bien sur internet, on peut trouver le sac à dos Osprey pour un prix qui se rapproche du sac décathlon.

J’ai finalement choisi le Farpoint 40 d’Osprey et c’est son poids qui m’aura fait pencher en sa faveur. Maintenant que je l’ai depuis quelques mois, je peux vous dire que sur des courts séjours il est parfait. Je ne peux pas encore me prononcer sur sa robustesse sur les longs trajets mais tous les signes sont au vert pour que ce sac remplisse ses fonctions à la perfection !

Résultat de recherche d'images pour "Farpoint 40"

Il n’empêche qu’une fois le sac en ma possession, c’est là que j’ai réellement pu appréhender sa contenance. 40L, ça peut paraitre petit, surtout pour les gens qui, comme moi, ont, par exemple, plus de 40 chemises dans leur penderie ! J’ai ouvert une brèche et fonce tête baissée dans le minimalisme !

Les vêtements : Comment SEAGALE a résolu tous mes problèmes !

La première règle en matière de voyage ultra light, c’est qu’il vous faudra accepter de voyager avec peu de vêtements.

La deuxième règle, c’est que vos vêtements doivent absolument tous pouvoir s’assortir entre eux et être polyvalents.

SEAGALE est une marque française qui s’inscrit dans la lignée des marques dites « Urban tech wear ». Ses fondateurs  ont choisi de créer un ligne au style urbain mais en s’appuyant sur des matières techniques et performantes. La marque répond ainsi à toutes les exigences d’un voyageur minimaliste.

Leur produit d’appel est un short de bain avec un boxer intégré qui peut aussi bien être porté à la plage, qu’en ville (il ressemble à un Chino) et pour le sport (je vais courir avec !).

De même, leurs vêtements en laine mérinos exploitent tous les avantages de cette matière qui est le meilleur ami du voyageur. Thermo-régulant, anti-bactérien,  rapidité de séchage… tout y est !

Enfin, leur pantalon, qui ressemble à un Jeans est ultra léger et déperlant.

Alors oui, les vêtements SEAGALE peuvent paraitre de prime abord onéreux. Mais si l’on regarde la composition des t-shirts par exemple, je n’ai pas trouvé meilleur rapport qualité/prix. De même, il ne faut pas oublier qu’en voyageant léger, vous ne prenez que peu de vêtements avec vous. Donc au lieu d’acheter trois pantalons, trois shorts et X t-shirts, vous aurez pour le même prix un pantalons, un short et trois t-shirts, mais au moins vous serez tranquilles pour pas mal de temps.

A part quelques pièces particulières, je serai donc entièrement habillé par la marque Toulonnaise !

Pour les sudistes qui habitent à proximité de Miramas, la marque Columbia a un espace de déstocke au village des marques !

Et pour que tout ces vêtements prennent le moins de place possible dans mon sac, j’ai trouvé une solution grâce au projet Kickstarter Taskin Kompak .

 

La trousse de toilette

Ma trousse de toilette est basique. Outre les essentiels, j’ai acheté, afin de le tester , un savon bio qui fait également shampoing, déodorant, lessive et… dentifrice !

Je prends également avec moi, en plus d’un nécessaire à pharmacie, trois huiles essentielles de lavande (cicatrisante), de tea tree (antiseptique) et de laurier noble (douleurs intestinales)

Attention ! Si comme moi vous choisissez de voyager avec un sac cabine, ne faites pas l’erreur de prendre un rasoir ! Achètez-le sur place !

Le matériel informatique

Encore un dossier épineux ! Je souhaite faire profiter les enfants (et vous !) de mon voyage et de mes découvertes. Il me faut donc pouvoir filmer, faire des photos et prendre du son. Bien sur afin de faire les montages il me faut mon MacBook Pro 15″ et je prends également mon téléphone et ma liseuse. Une méga batterie portable qui recharge presque intégralement mon ordinateur (et donc plusieurs fois les batteries de mes autres appareils). Un disque dur externe de 1T et une clé USB compatible USB-C. Je range toutes le connectiques et disques de stockage dans un « Wrap« . Une solution ergonomique que j’ai eu du mal à trouver mais qui me permet de gagner pas mal de place !

J’ai longtemps hésité pour le choix de mon appareil photo. J’avais un reflex et voulais gagner de la place et du poids (minimalisme quand tu nous tiens). J’ai donc dans un premier temps regardé du coté des compacts experts (les Sony RX100 M3 et Lumix LX100 sont tops) mais finalement j’ai opté pour un hybride, le Lumix GX80 avec une focale fixe de 25mm (soit 50 en plein format) et un zoom de 14-140 très polyvalent (28-280). J’en suis enchanté et commence doucement à le maitriser.

De même, je souhaitais acquérir une nouvelle cam’ action pour remplacer ma Go pro Hero 3. Je suis là encore tombé sur la perfection et je n’ai jamais autant filmé que depuis que j’ai ce petit bijoux de chez. Sony. Le gros avantage qu’a la X3000R sur les Go pro est pour moi son stabilisateur optique. Moi qui cours beaucoup, je suis à chaque fois impressionné par la qualité et la stabilité des images. L’effet fish-eyes est aussi gommé mais je ne mets pas ça en avantage car pour certains c’est un plus esthétique et c’est la griffe qui fait qu’on reconnait une vidéo de Go Pro dès le premier coup d’oeil.

Sacs additionnels

J’ai également trouvé un sac léger et très pratique pour prendre tout ce matériel lors de mes sorties en ville. Je le remplace par un « Daypack » ultra light de 20L lors de mes excursions. Il est en toile style toile de parapente, fait la taille d’un poing quand il est dans sa pochette et je l’ai pris en randonnée dans les Alpes et il a parfaitement rempli ses fonctions.

Les accessoires indispensables

J’ai complété mon attirail avec :

Par rapport à ma vue

Je suis un voyageur un peu particulier en ce sens que je suis malvoyant. J’ai donc du prévoir du matériel adapté à mes besoins. Lunettes, loupes, monoculaire… Si cela vous interesse, je vous invite à lire l’article Comment voyager seul quand on est malvoyant ? et de manière plus générale à suivre les tests et conseils que je noterai dans « Le coin du binoclard » tout au long de mon voyage.

Quelques conseils

N’oubliez pas de faire des photocopies de vos papiers d’identité et de les scanner (le les ai sur monDrive par exemple).

Prenez également plusieurs photos d’identité (attention les formats varient selon les pays).

Le centre de vaccination d’Arles m’a donné un « kit anti-moustiques » afin d’imprégner mes vêtements. L’effet dure jusqu’à 6 lavages. N’oubliez pas de prendre avec vous une moustiquaire imprégnée selon les zones dans lesquelles vous comptez aller.

Pour les filles

j’ai trouvé un article pas mal : voyager léger et minimaliste quand on est une femme

Laisser un commentaire

UA-108539550-1